Diver Laura Marino on the Alexandre III bridge platform during the Olympics days, in Paris, France, on June 24, 2017
Plongeon & Sport

Voilà… C’est fini

Alors ça y est. 


Je n’avais jamais envisagé réellement que ce moment arriverait. 

Prise dans la course des entraînements, des compétitions, jour après jour, heures après heures, je plongeais et j’enchaînais, sans me poser trop de questions, contrairement à ce que certains disaient, sans jamais imaginer qu’un jour ce serait juste du passé, comme un souvenir lointain qui s’étire avec les mois et les années qui passent. 

Retour en arrière

On est en 2016, et comme vaincre ou mourir, j’avais le choix de vivre les Jeux Olympiques ou de renoncer à jamais. Comment envisager le deuxième choix quand on est déjà qualifiée… Comment envisager d’abandonner tout court quand on est sportif ? On n’envisage pas, on avance, on continue et on se tait, ou on essaye de faire taire ce qui déraille dans nos profondeurs.  

OLYMPIC GAMES RIO 2016 - DIVING - Laura Marino
French Laura Marino – Diving Womens 10m during the Olympic Games RIO 2016, on August 17, 2016, in Rio, Brazil – Crédits Photos Vincent Curutchet – KMSP / DPPI

Mon année à Strasbourg m’a redonné l’Amour du plongeon, la passion de ce sport. Ça m’a nourri quelque temps et m’a permis d’atteindre un sommet avec Matthieu et Alexis en juillet 2017. Mais le mal était fait très profondément, et en février 2018, après m’être entêtée  pendant des mois j’ai du renoncer et m’arrêter enfin pour guérir. Guérir d’une fatigue maladive bien trop installée qui me rongeait de l’intérieur. Une fatigue qu’on aurait pu appeler surentraînement au début, puis burn-out désormais. Avoir à peine 25 ans et faire un burn out c’est difficile à accepter, c’est difficile pour l’ego, pour la confiance en soi et l’estime. Mais c’était comme ça. 

Avoir à peine 25 ans et faire un burn out c’est difficile à accepter. C’est difficile pour l’ego, pour la confiance en soi et l’estime de soi.

L’homme qui a tout bouleversé…

Au bout de quelques mois d’arrêt un nouvel homme est alors entré dans ma vie de plongeuse, il s’appelle Hui Tong. J’ai discuté avec lui une fois, et j’ai su que c’était l’homme qu’il me fallait, qu’il m’aurait fallu, … mon entraîneur idéal.

Il y a tant d’athlètes et d’entraîneurs, et si peu de réellement mauvais, juste certains duos qui fonctionnement très bien ensemble, qui produisent le meilleur par leur alchimie, et d’autres qui s’entraînent dans la spirale du négatif. J’avais connu le dernier pendant 5 ans, et envisager la première option, ça m’a (re)donné faim d’entraînement, faim de haut niveau, faim de compétitions, faim de résultats. 

Alors j’ai replongé. 

Laura Marino- Sceance d'entrainement equipe de France de Plongeon - INSEP Paris le 10 octobre 2018
Laura Marino & Hui Tong lors d’un entraînement de l’équipe de France de Plongeon à l’Insep en novembre 2018 – Crédits photo Stéphane Kampinaire – KMSP

… Mais qui n’a pas suffit

J’ai essayé, très dur, de me convaincre que j’étais prête à reprendre, que j’avais suffisamment récupéré, en m’accrochant à cette personne idéale. J’ai essayé si dur que j’étais complètement dans le déni. Chaque nouvelle semaine d’insomnie trouvait une nouvelle raison à chaque fois, et je trouvais une nouvelle excuse pour continuer.

Il ne m’a jamais fallu autant de courage, après tout ce que j’ai accompli, que ce jour où j’ai décidé de regarder la réalité yeux dans les yeux, et que j’en ai conclu que c’était terminé

C’est la décision la plus difficile et la plus douloureuse que je n’ai jamais prise, mais je sais que c’est le prix à payer pour essayer de retrouver sérénité, bonheur et épanouissement. Qu’est ce qu’ils me manquent ceux-là. Il y a une vie en dehors du sport de haut niveau (il paraît) et il est temps pour moi de la découvrir.

J’ai vécu dans le paradoxe du plaisir et de l’auto-destruction beaucoup trop longtemps, et aujourd’hui est le jour où je décide, seule cette fois, que c’est assez. Aujourd’hui est le jour où je décide que j’ai donné suffisamment et que je suis prête à passer à un autre chapitre de ma vie. Je sais que les prochains semaines, les prochains mois vont être tâtonnants, probablement un peu vides et douloureux, mais je finirais par trouver ma place, puisque ma place n’est plus d’être plongeuse de haut niveau.

Merci…

Avant de tirer un trait sur cette vie de plongeuse, j’aimerais remercier du fond du coeur tous ceux qui ont été à mes côtés, tout le long ou par petites touches, de (très) loin ou de très près. Votre présence a été significative et a beaucoup compté. 

Laura.

Athlète de haut niveau et aussi Kiné, je suis parisienne depuis mon entrée à l’INSEP en 2010, lyonnaise de naissance, provençale de coeur, strasbourgeoise d’égarement... Je suis aussi passionnée, sensible & joyeuse, j’adore apprendre, entreprendre, découvrir, et surtout partager !

40 commentaires

  • Bruhat Victoriane

    Bonjour, d’abord je voulais vous dire que c’est encore un très beau texte remplie d’émotions bravo. Et je voulais également vous remercier pour tout ce que vous avez apporter à ce sport ainsi que de nous avoir fait rêver durant ces années. Merci infiniment pour tout et bonne chance pour la suite.
    Sportivement
    Une admiratrice

  • Elina de Vauborel

    Un tres beau texte, triste nouvelle pour le plongeon francais mais la santé est la priorité.
    j espere que tu seras heureuse dans ta nouvelle vie. Je te souhaite pleins de bonheur pour la suite☺️

  • Thierry

    Choix difficile mais quand il le faut, ben il le faut.
    Tu es juste entrée dans l’histoire de la discipline au niveau national et même mondial, excuse du peu 🙂
    Bonne continuation !

    Thierry (un ex collègue de ta cousine).

  • marie

    moi je veux juste dire merci, merci de nous avoir fait rêver, merci d’avoir représenté la France au plus haut niveau, merci d’avoir donné au plongeon beauté, grâce et intelligence, merci d’avoir partagé ta passion et tes démons, merci d’avoir sublimé le plongeon, tout simplement merci à toi Laura

  • John

    Bonsoir Laura
    Je suis très ému et touché par ton texte.
    J’imagine que la décision n’a pas dû être facile à prendre et surtout, à accepter.
    Oui,il y a une vie après le sport de haut niveau et ce que ce sport de haut niveau t’a appris,va te servir dans cette vie 🙏
    Bonne continuation dans cette nouvelle vie Laura,je te souhaite de retrouver le bonheur de vivre, comme tu le souhaites 🙏🙏🙏

  • Valentine

    Whaouh quel texte! Quel cran ! Bravo Laura pour ton parcours et belle vie épanouie par la suite. Je t’ai connu à l Insep le temps d un stage kiné pour ma part (il y a très longtemps , 2011 il me semble !!). Nous allons finalement être collègue !

    Bonne chance & beaucoup de bonheur pour la suite de tes projets.

    Valentine

  • Julien

    Quand j’ai lu tes lignes, j’ai eu un pincement au cœur…
    Même si la décision est difficile, la vie continue et de nouvelles opportunités vont voir le jour 🙂
    Merci pour ce texte plein d’émotion, merci de nous avoir fait rêver !

    Je te souhaites le meilleur, et que commence cette nouvelle vie remplis de sourire.

    Julien

  • Thomas

    Merci pour ce message très touchant.
    On voit la superbe athlète, une sportive avec un super sourire et un super corps, on n’imagine pas forcément tout ça derrière.
    Tout ce qui est dit est à la fois sincère, lucide et logique… (Oui, vraiment très touchant)
    Ma fille se destine également au sport de haut niveau (pas sur les plongeoirs) et du coup ça me fait réfléchir à comment l’accompagner et la protéger de ça.
    Mais dans tous les cas, encore merci pour tous ces beaux moments, ces belles émotions et ces beaux messages, je te souhaite tout plein de bonheurs et réussites pour la suite. (Mais ça, j’en suis certain 🙂 )

    • Laura

      Bonjour Thomas, merci d’avoir pris le temps de me laisser ce commentaire. Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de belles émotions avec votre fille. Ce que vous pouvez lui apporter de plus précieux selon moi c’est un refuge quand elle en a besoin, beaucoup d’amour et de bienveillance. Bon vent à vous !

  • David

    Bonjour Laura,

    Je pense que votre exemple a tendance à se réitérer un peu trop souvent dans le microcosme du sport de haut niveau. Celui-ci est devenu une machine à fric où l’on ne recherche que la performance de haut-vol (jeu de mot pourri 🙂 ) et l’on a beaucoup trop tendance à oublier que les sportifs sont avant tout des hommes, avec leurs forces et leurs faiblesses. Il y a de plus en plus d’appels du pied à des préparateurs mentaux, mais est-ce que des disciplines confidentielles comme le plongeon sont logées à la même enseigne que des sports plus populaires, je ne le pense pas.

    En tous les cas, rassurez-vous, il y a une autre vie après le sport de haut niveau. Quand plus tard vous aurez un enfant (ce que je vous souhaite de tout cœur), quand celui-ci grandira, et qu’il regardera les prouesses passées de sa maman, il sera fier de ce que vous aurez accompli. Et vous pourrez lui transmettre certaines vertus que la vie de sportif de haut niveau vous aura inculquées, notamment le respect de soi-même, que vous semblez n’avoir jamais autant manifesté qu’aujourd’hui.

    Bonne entrée dans votre carrière de kiné (il y en a une juste en bas de chez moi, qui s’appelle Isabelle Stoehr, et qui semble vivre sa reconversion dans la plus entière sérénité), rattrapez le temps perdu dans certains domaines, et croquez la vie à pleines dents.

    David.

    • Laura

      Bonjour David, merci d’avoir pris le temps de m’écrire ce beau message. Je vous suis sur le fait que dans la performance (en France notamment !) on ne prend pas beaucoup en compte l’humain… Pour ce qui est de la préparation mentale, je la trouve encore très tabou et surtout vue comme un moyen de résoudre des problèmes ou quelque chose qui ne va pas, au lieu de la voir comme un accompagnement, une protection ou bien même de la prévention. Je trouve cela dommage.

  • Gautier

    Il n’y a pas d’âge pour « burn-outer ».
    Il n’y a pas d’âge pour dire stop.
    Il y a toute la vie pour vivre.

    Ta décision, c’est la tienne, et nous la respecterons tous, toujours.

    Bravo pour les émotions que nous avons vécus à travers tes exploits sportifs.

    Que ta vie désormais te rende ces si belles émotions que tu as partagées.

    Profite, et encore bravo.

    Gautier

    • Laura

      Bonjour Gautier, merci pour ton commentaire poétique. Cela me touche de réaliser que par mes performances j’ai pu contribuer à faire vivre de belles émotions aux gens. Car quel sens a la vie si ce n’est de vivre de belles émotions ? C’est donc un bel hommage que de me féliciter pour cela.

  • dreyfus

    Chère Laura,
    En tant qu’ancien INSEPien, athlète puis entraîneur judo, je ne peux qu’être sensible à votre histoire. Au delà de votre touchante sensibilité, vous faites preuve d’un courage et d’une lucidité remarquable, les mêmes qualités qui ont du vous conduire en haut des podiums. La charge de travail liée aux exigences de la performance à votre niveau est démentielle et impose des contraintes hors du commun que vous avez su accepter pendant des années. La poésie du texte que vous avez su écrire montre combien votre sensibilité et votre soif de liberté ont du faire face au cours de ces années de haut niveau. Je ne vous connais pas mais je suis certain que vous saurez par votre créativité certaine trouver une organisation de vie vous apportant bonheur et épanouissement. Croquez la vie à pleine dents elle vous tend les bras….. et encore Bravo

  • Nathalie

    Très belle article, le plongeon Français perd une belle et talentueuse athlète.
    Bonne chance pour la suite , il vous reste tant de chose à découvrir

  • KAMKASOMPHOU

    C’est avec une grande surprise que je lis ton texte très touchant. Je t’ai vu la première fois aux étoiles du sport en 2017 et j’espérais te voir à l’entraînement à l’INSEP. Je voudrais te féliciter pour ta très belle carrière sportive. Te souhaiter aussi de te reconstruire moralement et physiquement. Très bon rétablissement à toi et pleines de bonnes choses pour ta vie future car il n’y a pas que le sport de haut niveau dans la vie!!!!!

    • Laura

      Merci Thu, c’est très gentil à toi. Je sais bien qu’il y a autre chose dans la vie, mais c’était quand même quelque chose la vie dans le haut niveau ! A bientôt

  • Laurène Guy-Clavier

    Ma belle Laura,
    Que d’émotions en lisant ton texte, en apprenant ta décision…
    Personnellement, j’ai juste envie de te dire BRAVO, pour tout ce que tu as accompli, pour ta magnifique carrière dont plus d’un rêverait… Mais j’ai surtout envie de te dire un IMMENSE BRAVO pour avoir persévérer, pour avoir tout tenter et ainsi te donner les moyens de ne rien regretter.
    Je te souhaite de tout cœur de pouvoir maintenant regarder ton passé avec fierté et te tourner vers l’avenir avec sérénité.
    Il me semble que nous allons bientôt nous retrouver autour d’un évènement festif 😉 , j’espère sincèrement pouvoir trinquer avec toi à ta nouvelle vie!
    Je t’embrasse,

    Laurène

    • Laura

      Laurène, merci pour ton commentaire et aussi pour ton accompagnement qui m’a beaucoup apporté c’est certain. Grâce à toi j’ai désormais plus d’outils pour « me tourner vers l’avenir avec sérénité ». En effet, on se voit bientôt 😉

  • Boudet Corinne

    Coucou Laura !
    Tu as fait le plus dur prendre Ta décision. Maintenant il faut regarder devant, mordre la vie à pleines dents…. et ne garder que les bons souvenirs (il y en a beaucoup c’est sûr !) Le reste de ta vie sera sans nul doute rempli de bons et mauvais moments…et de beaucoup d’adrénaline (comme le plongeon !) Et tu sauras faire face car ta carrière de sportive t’a appris à ne jamais rien lâcher ! Je suis fière et heureuse de te connaître ! Bisous, Corinne

  • Didier ROMAIN

    Voilà ça commence!!! L absence de construire son après carrière sportive n est pas rédhibitoire dans ta quête de nouveaux challenges. Tu as découvert que le plaisir est le moteur de la performance alors utilise cette expérience pour OSER ce que tu as envie de reussir. Être fière de ce que tu as réussi pour t encourager dans de nouveaux challenges…Profite bien de tous les moments à venir Laura.

    • Laura

      « Oser ce que tu as envie de réussir ». C’est un bel encouragement que je vais tenter de garder à l’esprit quand je serais plein de doutes, alors Merci 😉

  • Christophe A

    Bonjour Laura,

    J’ai lu ce message avec une émotion particulière car il a fait écho à mon expérience de burn-out, à l’âge de 26 ans… c’est effectivement difficile à accepter mais c’est pour le mieux et cela permet de se redécouvrir.
    Je te souhaite bon courage pour cette période délicate, et de retrouver bientôt bonheur, joie de vivre, et cette sensation de légèreté qui échappelle lorsqu’on est dans la spirale du burn-out.

    Christophe

    • Laura

      Merci Christophe d’oser partager votre ressenti et de m’encourager. Je suis désolée de constater que vous avez pu connaître des choses similaires, et je vous souhaite de vivre plein de légèreté.

  • julien F

    Bonjour Laura,
    quel beau texte, bien rédige qui permet de comprendre ce que tu as vécu et ce que vivent certains athlètes de haut niveau sans jamais oser en parler.
    La vie de sportif de haut niveau n’est pas facile au quotidien mais tout ces temps de sacrifices te permettront sans aucun doute d’avoir un vie professionnelle future encore plus passionnante. La difficulté d’une vie de sportif de haut niveau permet d’affronter plus facilement les obstacles de la “seconde” vie qui s’ouvre par la suite.
    Je te souhaite un bel épanouissement dans ce beau métier de Kiné que je connais bien pour l’avoir exercer avant de devenir ostéopathe.
    Bonne continuation

  • Olivier F

    Salut Laura,
    Il y a moins de six mois, je t’écrivais en substance : « pense à toi ! »… il y a quinze jours, j’ai appris comme tous ta lourde décision d’arrêter. Je ne vais pas te mentir, ça m’a fait quelque chose. C’est triste une rupture… Et puisque ton titre emprunte aussi celui d’un texte célèbre, alors sans doute qu’il fallait mieux couper plutôt que déchirer…Bien sûr que c’est bien plus difficile pour toi que pour moi derrière mon écran, pour nous… Mais voilà, nous étions un peu en toi, à chaque échéance, chaque nouvelle compétition, qui finalement porte bien au bout d’un moment la lourde signification « d’épreuve ». Égoïstement, nous sommes là à ces moments, puis terriblement absents dans le creux des vagues… Égoïstement, parce que le plaisir que tu apportais en plongeant était peut-être finalement plus le nôtre ces derniers temps. Tu le sais, le virage va être difficile, parce que cette vie de plongeuse, tu vas la regretter, puis la détester, vouloir l’oublier, puis y revenir en pensée, avec plus de tendresse, de recul, de satisfaction de ce que tu as accomplis… de moins en moins de regret…et enfin de la sagesse… et des sourires. Parce que c’était chouette, et tous ces efforts, tous ces trucs manqués au nom de l’entrainement, de la compétition, du régime, du sport, des voyages, toutes ces absences, mais aussi ces sourires, fous-rires, ces larmes, ces victoires, toutes ces heures trempée dans un maillot Arena… c’était pas pour de faux, et c’était bien ! ( oui, ça aussi je l’ai piqué à un chanteur ). Dans le paragraphe qui suit, il dit aussi « faut surtout jamais regretter, même si ça fait mal, c’est gagné ! Tous ces moments, tous ces mêmes matins ». Parce que si une rupture c’est moche, en revanche, il y a quelque chose de bien plus beau qui t’attends : la (re)naissance… Dans mon bureau, sur le mur immaculé qui me fait face, il y a dans un cadre cette photo de 2013 que tu m’avais envoyé. Chaque matin, je te croise, les fesses en l’air, et c’est loin d’être désagréable ( ca c’est pour te faire sourire ), c’est un petit feu de toi qui s’éteint pas ! Belle vie Laura… Peut être nous croiserons nous plus tard…Merci de tout cela !
    Olivier

  • Laetitia

    J’ai découvert par hasard votre article et je suis retournée de lire que si jeune le burn-out vous a rattrapé. Se reconstruire après le passage de ce tsunami est long mais le chemin est lumineux. Bravo pour votre décision, c’est un grand pas sur la voie de la guérison. Je vous souhaite le meilleur. De mon côté, le burn-out m’a permis la rencontre avec l’écriture, le yoga, la méditation… et surtout le plus important la rencontre avec mon essence. Tomber le masque pour faire briller ma personnalité, Apprendre à dire non et ne pas se conformer à ce qu’attendent les autres sont mes défis.
    Je pense bien à vous et à votre entourage. Toutes mes meilleures pensées vous accompagnent sur votre nouveau chemin de vie. Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *