La corse en Van pour plonger. Sur la route des calanques de Piana
Voyages

La Corse en Van : à la recherche de spots pour plonger

 

Du Plongeon Olympique à l’Outdoor Freestyle : Acte I

En septembre dernier, je suis partie en Corse dans un van aménagé sillonner les routes en quête de spots pour renouer avec le plongeon. Pour ceux qui découvriraient mon histoire, je vous invite à lire ici pourquoi et quand j’ai mis fin à ma carrière de haut niveau. Je souhaitais replonger oui, mais différemment : avec mes propres règles, mes propres envies, et surtout à mon propre rythme. Et ça, c’était possible grâce à ce mode de voyage que j’adore : le camion aménagé ! Rien de mieux que de bouger avec son cocon sur le dos, s’arrêter dormir ou l’on veut, (très) souvent avec des vues de dingues à chaque réveil, être autonome et indépendant… quoi de plus précieux en ces temps de confinement/covid ?? 

Bavella et ses bassins

La corse en van pour plonger
Canyon de la Vacca, à Bavella en Corse du Sud
Laura Marino Undersurface
Canyon de la Vacca, Bavella

J’ai commencé petit, avec les rochers que je trouvais sur mon passage. Ici dans le canyon de la Vacca par exemple, peu connu et fréquenté que par les écoles de canyoning locales. 

Initialement, on partait sur le canyon bien plus connu de Purcaraccia mais on a croisé des canyoneurs équipés qui partaient en sens inverse. On a laissé notre instinct et notre curiosité prendre le dessus pour atterrir seuls au monde dans cet endroit magnifique. J’avais brisé la glace avec mon premier plongeon corse. 

Ce nouveau plongeon-là, je l’aime avec tout ce qu’il y a autour et surtout la recherche du spot. Elle rend le plongeon encore plus précieux et unique. Très souvent, il faut marcher longtemps, se perdre, ramer, escalader ou bien nager, pour finalement renoncer, faute de fond, d’eau trop turbulente, de départ trop glissant ou trop dangereux. 

En septembre je suis partie en corse dans un camion aménagé pour sillonner les routes et en quête de spots pour renouer avec le plongeon.

Je souhaitais replonger, oui, mais différemment : avec mes propres règles, mes propres envies, et surtout à mon propre rythme. Et ça, c’était possible grâce à ce mode de voyage auquel je suis addicte depuis que je l’ai testé avec une de mes amies au Portugal il y a un an : le van aménagé ! Rien de mieux que de bouger avec son cocon sur le dos, s’arrêter dormir ou l’on veut, (très) souvent avec des vues de dingues à chaque réveil, être autonome et indépendant… quoi de plus précieux en ces temps de confinement/covid ??

J’ai commencé petit, avec les rochers que je trouvais sur mon passage, ici dans le canyon de la vacca par exemple, peu connu et fréquenté que par les écoles de canyoning locales.

On partait sur un canyon bien plus connu, et on a croisé des gens tout équipés qui partaient en sens inverse… on a laissé notre instinct et notre curiosité prendre le dessus pour atterrir seuls au monde dans ce magnifique endroit. La glace était brisée avec mon premier plongeon corse.

Ce nouveau plongeon la, je l’aime avec tout ce qu’il y a autour, et surtout la recherche du spot. Elle rend le plongeon encore plus précieux et unique. Il faut souvent marcher (des heures même parfois), se perdre, ramer, escalader ou bien nager, pour finalement renoncer, faute de fond, d’eau trop turbulente, de départ trop glissant ou trop dangereux.

Cap Corse : Canari & Giótani

La corse en van pour plonger
Première session au Rocher Giótani, dans le Cap Corse 
Laura Marino Undersurface
Rocher de Giótani, Cap Corse

Enfin, il y a eu une première vraie session à canari, dans le Cap Corse au rocher de Giótani. Tous au village de Canari quand tu parles de plonger évoquent ce rocher avec de grands yeux remplis de peur. J’étais un peu fébrile mais j’ai pu trouver des hauteurs à mon niveau en explorant un peu les alentours. Les conditions étaient effrayantes – gros vent d’est avec rafales violentes -mais ça a été une étape de déblocage cruciale ! On a surtout beaucoup rigolé pour revenir à terre face au vent en paddle !

La corse en van pour plonger
Première session au Rocher Giótani, dans le Cap Corse 
Laura Marino Undersurface
Rocher de Giótani, Cap Corse

Corse du Sud : Bonifacio

Ensuite, c’est chez Ophélie (David) que j’ai passé un nouveau cap.

Avant d’arriver, j’avais testé des plongeons par les pieds sur des petites hauteurs de 5 à 8m environ. Je commençais à être un peu plus à l’aise avec ce nouveau type d’atterrissage. Plonger par la tête au-delà de 10m, c’est bien trop violent et dangereux alors il faut que j’adapte mes acquis. Cela demande un peu de travail et de nouveaux réflexes à enregistrer.

Elle m’en parlait depuis des mois, et enfin le moment de partager son précieux spot était arrivé. Quoi de mieux que d’être guidée vers LE spot par quelqu’un qui le connaît et le chérit ?

Ce spot était parfait : vue splendide à 360* sur les falaises, eau turquoise et transparente, fond lisse de sable de plus de 6m, promontoire en guise de plateforme, sortie d’eau facile et directe… Mais ce qui l’a rendu exceptionnel c’était ce partage, cette initiation. Je l’en remercie encore infiniment pour ce partage digne de la famille du sport français .

La corse en van pour plonger
Falaises de Bonifacio en Corse du Sud
Laura Marino Undersurface
Plongeon des falaises de Bonifacio

J’avais prévu de rester à Bonifacio un ou deux jours, J’en suis repartie quatre jours après ! Il y a eu des sessions matinales, en plein soleil, ou des sessions au coucher du soleil.

Pendant longtemps les dernières années je cherchais le résultat et je me forçais dans le processus : l’entraînement. D’ailleurs, je partageais plus le résultat que le processus. Aujourd’hui j’ai envie d’inverser. Le résultat sera inconnu et subjectif, mais ce que j’ai surtout envie de partager c’est le plaisir du cheminement.

Ce voyage, comme beaucoup d’autres est passé bien trop vite. Je suis sûre qu’il y a encore plein de rochers à explorer et à sauter en Corse ! N’hésitez pas à m’écrire en commentaires ceux que vous connaissez : je les noterai sur la liste des prochains spots à essayer !

Prochaine étape : l’île de la Réunion et ses innombrables bassins !

Plongeon au coucher de Soleil en Corse du Sud, Bonifacio 
Laura Marino Undersurface
La corse en van pour plonger
Plongeon au coucher de soleil à Bonifacio

Athlète de haut niveau et aussi Kiné, je suis parisienne depuis mon entrée à l’INSEP en 2010, lyonnaise de naissance, provençale de coeur, strasbourgeoise d’égarement... Je suis aussi passionnée, sensible & joyeuse, j’adore apprendre, entreprendre, découvrir, et surtout partager !

5 commentaires

  • LARROQUE Géraud

    Salut Laura,
    Une Belle Aventure qui fait le plus grand bien!
    Vive le Van et le plaisir de plonger.
    Bravo, la résilience est le fort de l’être humain et tu es très forte!
    Biz, Géraud.

    • Laura

      Bonjour Géraud, Merci pour ce commentaire encourageant ! Je suis heureuse de voir que ce contenu te fais également voyager. C’était justement le but !

  • Thomas

    Bonjour Laura,
    Merci de partager ainsi tes aventures.
    Surtout continue !

    C’est aussi intéressant sur le plan découverte des lieux (je voulais déjà aller en Corse et à la Réunion mais là tu m’as fait craquer), de la découverte de la pratique (déjà que moi, sur le plot de départ à la piscine, je me sens dans l’espace), et surtout de tes évolutions et réactions (tes joies, tes craintes, tes surprises…)
    Tu sembles incroyablement épanouie physiquement et mentalement, et faire quelque chose qui te convient on ne peut mieux.
    Ca se ressent et ça fait plaisir ! Tes mots étaient très touchants quand tu as quitté le plongeon sportif, mais ça l’est tout autant, bien que d’une manière toute différente.

    Oui mais alors :
    – Comment fait-on pour se décider à se lancer dans une telle aventure ? C’est muri pendant des années ? Des personnes t’ont aidée/encouragée ? Le côté « kiné » est pour l’instant oublié ??
    – C’est quoi ce van dont tu sembles amoureuse ? Ca s’achète, ça se bricole ??
    – Comment un jour, on peut être au bord d’une falaise d’une dizaine de mètres de haut, avec la mer et des rochers en bas, et hop, on se dit « tiens, je vais sauter, les oiseaux le font bien, ça a l’air cool » ???
    – Il te faut combien de prises pour réussir d’aussi belles photos ? (grand bravo et merci également à ton photographe !)
    – Corse, Réunion… tu ne vas pas t’arrêter là ! Donc après ? Antilles ? Polynésie ? … Animatrice d’une émission télé voyage/sport/découverte tout autour du monde ?!
    😀

    Bref, encore merci, et nous attendons la suite !
    ++
    Thomas

    • Laura

      Bonjour Thomas.
      Tout d’abord, un grand merci pour ce commentaire riche et ces encouragements précieux ! Toutes ces questions me nourrissent, m’inspirent, et s’inscrivent parfaitement dans la lignée de l’origine de ce blog : expliquer et raconter les dessous du plongeon (et sport) de haut niveau, mais pas que. Merci donc pour ce commentaire très constructif pour moi !
      Ensuite, je note précieusement (vraiment !) toutes vos questions et interrogations pour y répondre au fil des prochains articles/posts, en espérant réussir au mieux à combler toutes ces zones d’ombres évoquées.
      Je m’y mets d’ailleurs tout de suite : l’inspiration est réelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *